Les unités de combat les plus meurtrières

Le 53e Régiment d’infanterie, garnison à Perpignan, caserne Saint-Jacques notamment depuis 1907, est naturellement celui qui compte le plus de tués de la commune dans ses rangs. Il a servi lors de la « bataille des frontières » en 1914, la seconde “bataille de champagne » en 1915, à Verdun au Fort de Vaux en 1916, aux Éparges en 1917 et sur la Somme en 1918. Il a fait partie de la 124e division d’infanterie jusqu’en novembre 1916 avant d’être versé à la 163e.

[historique bref du régiment sur wikipedia] Le journal de campagne du régiment est visible en cinq volumes sur le site Mémoire des Hommes (août 1914 – décembre 1919).

Le 96e régiment d’infanterie était lui basé à Béziers et Agde. Avant de rejoindre le secteur des Flandres fin 1914, il a pris part à la bataille de la trouée de Charmes, puis l’année suivante aux deux batailles de Champagne. En 1916 et 1917, il rejoindra quelques uns des endroits les plus sinistres du front, Thiaumont à Verdun, l’Argonne ensuite, puis entre février et août 1917, la côte 304 et le Mort-Homme (10 000 morts pour 300 jours de combats) à Verdun.

Le 96 est aussi le régiment dans lequel servit le poète Guillaume Appolinaire, mort de la combinaison des suites de ses blessures et la trépanation qu’il a subit et de la grippe espagnole, en 1918.

[Bref historique du régiment sur Wikipedia] Le journal de campagne du régiment est visible en quatre volumes sur le site Mémoire des Hommes (août 1914 – avril 1919, 7 volumes).

Le 142e régiment d’infanterie était stationné à Mende et avait son quartier-général à Lodève, dépendait d6 16e corps d’armée dirigé depuis Montpellier. Le régiment servit aux Éparges, lors des batailles de Champagne, à Verdun.

[Historique très sommaire sur Wikipedia] Journaux d’opérations consultables sur le site Mémoire des hommes (janvier 1916 à mars 1919).

Le 81e régiment d’infanterie était basé à Montpellier, il a notamment servi à Ypres, à la Trouée de Charmes, au Mort-Homme à Verdun, à Thiaumont…

[historique complet sur Wikipedia]. Journal d’opération consultable sur le site Mémoire des Hommes.

Le 143e régiment d’infanterie était basé à Castelnaudary. [historique très sommaire sur Wikipedia] et journal des opération consultable sur le site Mémoire des hommes (août 1914 – septembre 1919).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *